‘Ce programme nous a permis d’améliorer notre méthode de travail’, déclare le professeur Egnankou Mathieu, président du Conseil d’Administration de SOS-Forêts.

‘Ce programme nous a permis d’améliorer notre méthode de travail’, déclare le professeur Egnankou Mathieu, président du Conseil d’Administration de SOS-Forêts.

La visite de quatre membres du personnel de WACSI à SOS-Forêts le mardi 16 novembre 2021 a été caractérisée par un grand sentiment de gratitude envers WACSI de la part de plus de 10 membres du personnel et du conseil d’administration de l’organisation. 

Alors que notre équipe serpentait dans les rues propres du magnifique jardin botanique situé au cœur de la légendaire université Houphouet Boigny d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, nous avons été accueillis par le sifflement des oiseaux perchés sur les arbres denses mais bien organisés du jardin.  

Au cœur du jardin se trouve le bureau de SOS-Forêts, une organisation vieille de 25 ans qui œuvre à la protection de l’environnement. 

À l’approche du bureau, nous avons été accueillis par un homme jovial et éloquent, dont nous avons appris par la suite qu’il était le président du conseil d’administration de l’organisation et botaniste primé, le professeur Wadja Mathieu Egnankou. Il nous a charmés en nous présentant une brève histoire du jardin, qui ravive un sentiment de fierté dans la nation ouest-africaine. 

Alors que nous prenions place pour commencer ce qui allait être une session de coaching très fructueuse et instructive, le président du conseil d’administration de SOS-Forêts, qui était visiblement heureux d’accueillir notre équipe dans son espace de travail calme, frais et magnifique, ne pouvait pas cacher sa satisfaction pour le soutien que son organisation a reçu de WACSI. 

“Ce programme nous a permis d’améliorer notre méthode de travail”, a-t-il déclaré en prenant place. 

Cela a éveillé notre curiosité de savoir ce qui avait inspiré des commentaires aussi positifs. Comme nous l’avons appris plus tard lors d’une conversation de huit heures avec certains membres du conseil d’administration et du personnel de SOS-Forêts, le soutien de WACSI à l’organisation a conduit à un rajeunissement organisationnel étonnant.  

Ils ont amélioré leurs structures de gouvernance, leurs pratiques de gestion financière, mis en place une génération de ressources en douceur grâce à un processus amélioré de rédaction de propositions, et augmenté la capacité de leur personnel de 3 en 2019 à 12 en 2021. Actuellement, un directeur exécutif dirige l’équipe de manière indépendante sous la supervision du conseil d’administration ; une pratique qui était inexistante avant le soutien de WACSI à SOS-Forêts. 

De ceux-ci, le président du conseil d’administration n’a pu cacher son optimisme pour l’avenir. 

“Nous espérons qu’à partir de 2022, nous aurons plus de succès avec les propositions que nous soumettrons”, a-t-il déclaré avec joie et confiance à l’adresse. Le président du conseil d’administration estime que le processus de réorganisation conduira à une éventuelle croissance des ressources pour que l’organisation puisse continuer à poursuivre sa mission.  

Le rajeunissement de l’organisation a permis d’améliorer l’approche de la rédaction des propositions, ce qui a conduit à une augmentation du nombre de propositions soumises en 2021. 

“Nous avons commencé à élaborer des propositions fréquemment cette année [2021]. Jusqu’à présent, nous avons soumis 11 propositions de projets en 2021. Nous tenons des réunions régulières pour discuter des opportunités de projets à notre disposition”, a expliqué Narcisse Tehe, le jeune et dynamique Directeur Exécutif.  

Il s’agit d’une amélioration significative par rapport aux années précédentes, où l’organisation soumettait parfois moins de cinq propositions par an. 

SOS-Forêts est l’une des six organisations de Côte d’Ivoire travaillant dans le secteur de la conservation de la biodiversité qui a été soutenue par WACSI pour améliorer son efficacité institutionnelle et opérationnelle. Elle fait partie des 17 organisations des trois pays d’Afrique de l’Ouest (Sierra Leone, Guinée et Côte d’Ivoire) qui sont des bénéficiaires du Fonds de Partenariat pour les Ecosystèmes Critiques (CEPF) et qui participent à un programme de deux ans intitulé “Renforcement des Capacités des OSC pour un Engagement Efficace des Parties Prenantes dans la Biodiversité et la Conservation en Afrique de l’Ouest”. 

Amélioration du système de gouvernance  

Avant de participer à ce programme, elle a dû relever le défi de mettre en place un système de gouvernance efficace, capable de contribuer au positionnement stratégique global de l’organisation et de garantir son efficacité opérationnelle. 

“Grâce à ce programme, nous avons amélioré notre méthode de travail”, atteste le professeur Wadja Mathieu Egnankou, président du conseil d’administration de l’organisation. 

Le botaniste très respecté fait allusion au fait qu’en tant qu’organisation, ils ont lutté pour mettre en place les organes institutionnels pertinents nécessaires pour catalyser le bon fonctionnement et la croissance de l’organisation. 

Cependant, grâce à ce programme de renforcement des capacités piloté par WACSI avec le soutien du CEPF, l’organisation a pu délibérément faciliter une transition en douceur d’une institution fortement centralisée sur le comité exécutif. Elle a encouragé un processus de décentralisation en douceur, qui assure la mise en place du conseil d’administration et d’une équipe exécutive et de programmes opérationnelle.  

“Grâce à ce programme, nous avons vu la nécessité d’avoir un conseil d’administration. Avant le programme, nous avions un comité exécutif”, a déclaré le président du conseil d’administration. 

Cette prise de conscience est intervenue après que le personnel de l’organisation ait participé à des formations en ligne et en présentielle portant sur des sujets liés à la gouvernance du conseil d’administration, à la rédaction de propositions, à la gestion de projets, à la mobilisation de ressources, à la gestion financière, au plaidoyer et à la communication, ainsi qu’au suivi et à l’évaluation. 

Les principaux enseignements tirés de ces formations ont incité les décideurs de SOS-Forêts à donner la priorité aux questions clés qui devaient être abordées pour renforcer leur organisation. Cela a conduit à une certaine réorganisation stratégique des organes de l’institution. 

“Nous avons donc mis en place un comité chargé d’élaborer la charte du conseil. À partir de là, nous avons identifié des personnes clés qui peuvent rejoindre le conseil. Nous voulons identifier les personnes qui apporteront une valeur ajoutée au conseil”, a déclaré le professeur Mathieu avec optimisme. 

 

Instituer des rôles appropriés pour les membres de l’équipe 

“Grâce à WACSI, nous travaillons à l’amélioration de nos composantes institutionnelles”, a-t-il déclaré. 

“Ce soutien nous a permis de revoir notre langage. Par exemple, nous avons maintenant un Directeur Exécutif “terminologique” (précédemment appelé président) qui dirige les opérations programmatiques de l’organisation sous la direction du conseil d’administration”, a-t-il expliqué.  

SOS-Forêts est un leader dans le secteur de la conservation de la biodiversité et dans le pays. Avant leur participation à ce programme, ils opéraient sous ce qu’ils décrivent comme “un système de gouvernance archaïque” avec un président supervisant à la fois la supervision stratégique, la gouvernance et les engagements opérationnels de l’organisation.  Pour l’équipe, cela ne les aidait pas à différencier clairement les responsabilités qui contribueraient au bon fonctionnement de l’organisation.  

Selon le professeur Mathieu, cet appui au renforcement des capacités leur a permis de s’en rendre compte. Il leur a permis de prendre rapidement des mesures pour améliorer leur gouvernance. 

“Grâce à ce soutien, nous consolidons notre présence dans le secteur en utilisant les terminologies appropriées pour les membres de notre équipe, qui correspondent et reflètent le travail et le rôle qu’ils ont au sein de l’organisation”, a-t-il déclaré.  

Cela a entraîné plusieurs changements au sein de l’organisation. 

Nous sommes en train de mettre en place un conseil d’administration. Cela a amélioré notre façon de travailler et cela nous a donné beaucoup de visibilité”, explique fièrement le très respecté professeur de botanique. 

 

Amélioration des pratiques de gestion financière 

Outre le remaniement en profondeur de ses structures de gouvernance, SOS-Forêts a fait des progrès dans l’amélioration de ses pratiques de gestion financière. 

“Grâce à ce soutien, nous avons pris conscience de la nécessité d’avoir un comptable plus rigoureux qui nous aide à mettre en place des processus de comptabilité financière plus appropriés, que nous utilisons pour élaborer, classer et partager nos rapports financiers”, a-t-il déclaré.  

De manière générale, le personnel et le conseil d’administration de SOS-Forêts sont satisfaits des progrès réalisés depuis que WACSI a commencé à travailler avec eux.  

Selon eux, leur organisation se professionnalise et ils sont optimistes quant à l’issue de ce processus. 

“Nous nous développons grâce au soutien de partenaires tels que Birdlife International et WACSI”, a déclaré le président du conseil d’administration. Et cette expression d’optimisme est nourrie par le soutien que SOS-Forêts a reçu de WACSI avec un financement du CEPF.  

About the author

+ posts

Share:

Leave your comments