Projet de loi sur l’égalité des sexes et énigme parlementaire

Projet de loi sur l’égalité des sexes et énigme parlementaire

Au cours de la dernière décennie, les pays et les gouvernements ont fait des progrès considérables en matière d’intégration de la dimension de genre, notamment en matière de représentation et d’inclusion parlementaires. Malheureusement, l’Assemblée nationale du Nigeria n’est pas consciente de sa responsabilité en matière d’intégration de la dimension de genre, au-delà de l’effort symbolique consistant à cocher la case des femmes dirigeantes au niveau des partis politiques. L’incapacité à atteindre le seuil minimum de 35 % de femmes dans les fonctions nominatives et électives, tel qu’énoncé dans la politique nationale de 2006 sur le genre, est inquiétante. 

Cet article examine les tensions croissantes entre les femmes nigérianes et l’Assemblée nationale, en partie à cause du rejet de cinq projets de loi vitaux sur le genre qui abordent les questions de la parité et de l’inclusion des genres, et il interroge la perpétuation du patriarcat ainsi que l’approche hypocrite des lois sur le genre par les parlementaires. L’article conclut que la sous-représentation des femmes dans l’espace public doit être abordée par les parties prenantes afin de faire évoluer une nouvelle nation.  

Les demandes des femmes portent essentiellement sur la négociation de l’équité entre les sexes dans la perspective des droits de l’homme internationaux et régionaux, en particulier la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Les projets de loi à modifier dans la constitution qui ont été malheureusement rejetés par la 9ème Assemblée nationale comprennent les numéros 35, 36, 37, 38 et 68, respectivement : Projet de loi visant à prévoir un siège spécial pour les femmes à l’Assemblée nationale, projet de loi visant à étendre la portée de la citoyenneté par enregistrement, projet de loi visant à prévoir une action positive pour les femmes dans l’administration des partis politiques, projet de loi visant à définir les critères de qualification pour être un indigène d’un État du Nigeria, et projet de loi visant à donner aux femmes un quota dans les conseils exécutifs fédéraux et des États ou des sièges ministériels et de commissariat, respectivement.  

Le rejet de ces projets de loi par l’Assemblée nationale (9e) a soulevé un débat délicat sur le lien entre le patriarcat, l’identité, la culture, la tradition, la religion et les questions transversales du féminisme, de l’essentialisme du genre et de la construction de la nation. Le plaidoyer en faveur du genre et du féminisme vise à ce que davantage de femmes occupent des postes d’influence et de pouvoir. Les parties prenantes critiques et les groupes de la société civile doivent créer un espace inclusif, lancer des programmes et faire pression sur l’Assemblée nationale pour démanteler les hiérarchies ancrées dans les institutions politiques, les structures de l’État et les systèmes répréhensibles qui continuent à sous-estimer, déshonorer et émasculer les femmes dans les efforts de construction de la nation.  

Malheureusement, la culture et les normes négatives de discrimination et la mauvaise application des croyances religieuses continuent de biaiser et d’entraver les politiques existentielles qui soutiennent les femmes. Le plus souvent, les contributions économiques des femmes sont sous-évaluées et elles subissent des pratiques discriminatoires, notamment une rémunération moindre, sur le lieu de travail. Selon un rapport d’Oxfam de 2019, le travail non rémunéré des femmes au Nigeria représente environ 300 dollars américains par an. En effet, ce constat est préoccupant et l’Assemblée nationale doit se raviser en reconsidérant les projets de loi sensibles au genre. 

Il est indéniable que les principales contestations du féminisme et de la défense du genre vont au-delà de l’occultation de l’importance des femmes et du détournement de l’attention de leur existence politique ; il s’agit plutôt des tristes impulsions de l’objectivation sexuelle, de la marchandisation et de la féminisation de la pauvreté. Ce qui est important à mes yeux dans les luttes des femmes, c’est l’amélioration de l’accès aux moyens de subsistance nationaux. La fourniture de services à tous – y compris les femmes, les personnes âgées, les pauvres, les personnes handicapées et les autres exclus de l’équation du développement – est essentielle au bien-être et au développement global du pays. C’est la voix et l’influence de l’ingénierie de l’esprit pour plus de politique publique et d’engagement des dirigeants qui créent l’égalité, l’équité et l’inclusion sociale. 

Les statistiques fondées sur des données probantes montrent que les femmes sont sous-représentées dans de nombreux secteurs. Selon le British Council, 21 % de la main-d’œuvre non agricole (2012) et 79 % de la main-d’œuvre rurale du Nigeria sont des femmes (Oxfam, 2019), tandis que 1,5 million d’enfants âgés de 6 à 14 ans (8,1 %) au Nigeria ne sont pas scolarisés (Oxfam, 2019). Le nombre d’enfants non scolarisés, selon les données de l’UNICEF et du Bureau des statistiques du Nigeria (NBS), se situe entre 10,5 et 13,5 millions. En outre, selon le Forum économique mondial (2019), le Nigeria est classé 139e sur 149 pays par l’écart mondial entre les sexes dans l’indice d’autonomisation politique.  

Il est instructif de noter que l’imprévisibilité du traitement des projets de loi relatifs aux femmes et aux filles est contraire à l’esprit et à la lettre des lois et conventions internationales relatives aux droits de l’homme, qui défendent les droits des femmes contre la discrimination. Elle met également en évidence un problème plus perfide d’hégémonie religieuse et culturelle. En effet, le plaidoyer et la protestation des femmes en faveur de l’égalité des sexes consistent à repenser les relations de pouvoir existentielles, l’accès, les opportunités et le contrôle, conformément aux meilleures pratiques mondiales, notamment en ce qui concerne l’autonomisation des femmes et la réduction de l’écart dans le monde du travail. Ce sont les principaux moteurs et catalyseurs de la réalisation de l’agenda 2030 pour le développement durable.   

Il est intéressant de noter que le fait de soutenir les petites filles et d’élever les petits garçons pour qu’ils soient conscients de l’importance de l’égalité des sexes, qu’ils y soient sensibles et qu’ils donnent la parole aux victimes de violences physiques et sexuelles est essentiel pour réaliser l’égalité et l’équité entre les sexes. En outre, la féminisation de la pauvreté, qui est un récit négatif montrant que les femmes portent le visage de la pauvreté dans le discours national, et le profilage doivent être interrogés pour changer le langage de la discrimination.  

Malheureusement, les 5 % et 10 % actuels de représentation des femmes au parlement et au cabinet, respectivement, sont nettement insuffisants dans une situation où les femmes représentent plus de 45 % des électeurs. Par conséquent, nous devons démanteler ces hiérarchies de pouvoir et investir davantage dans les femmes, les jeunes filles et les jeunes garçons afin de créer des espaces plus sûrs qui stimulent l’identité et la cohésion nationales.   

Tout bien considéré, les projets de loi sur le genre sont une rare occasion pour l’Assemblée nationale de créer des lois sur le genre adaptées au 21e siècle. Les dirigeants de l’Assemblée nationale n’ont pas su tirer parti de la solidarité du public et du soutien des groupes de pression qui ont travaillé sans relâche avec les femmes. À l’avenir, l’Assemblée nationale, malgré les atteintes à sa réputation, devrait accepter une législation et des politiques axées sur l’action positive qui augmentent les opportunités pour les membres sous-représentés de la société. La diversité, l’égalité, l’équité et l’inclusion sociale constituent le langage des réalisations parlementaires responsables et non le rejet de projets de loi progressistes. 

 

Orovwuje est le fondateur de Humanitarian Care for Displaced Persons [Soins humanitaires pour les personnes déplacées], Lagos. Il peut être contacté via Orovwuje50@gmail.com et 08034745325. 

 

Avertissement : Les opinions exprimées dans cette publication sont celles des auteurs. Elles ne prétendent pas refléter les opinions ou les points de vue de la WACSI ou de ses membres. Les désignations employées dans cette publication et la présentation du matériel qu’elle contient n’impliquent pas l’expression d’une quelconque opinion de la part de la WACSI concernant le statut légal d’un pays, d’une zone ou d’un territoire ou de ses autorités, ou concernant la délimitation de ses frontières

About the author

Samuel Akpobome Orovwuje
+ posts

Share:

Leave your comments