Promouvoir la collaboration entre les acteurs de la société civile pour un impact plus fort

Promouvoir la collaboration entre les acteurs de la société civile pour un impact plus fort

Getting your Trinity Audio player ready...

Dans le contexte des menaces croissantes qui pèsent sur la démocratie et au regard du rétrécissement de l’espace civique, il est crucial que les organisations de la société civile (OSC) maintiennent leur rôle d’acteurs clés du développement. À cet égard, la collaboration est nécessaire.

C’était le thème principal de la première table ronde organisée dans le cadre de la première Semaine de la société civile en Afrique de l’Ouest, qui s’est tenue le 31 août 2023 à Lagos, au Nigeria.

L’événement a rassemblé pendant trois jours plusieurs dirigeants de la société civile provenant d’un large éventail de pays qui travaillent sur une panoplie de questions de développement.

Il s’agissait d’une occasion exceptionnelle pour engager des discussions importantes et stimulantes sur l’évolution du rôle du troisième secteur dans un contexte marqué par l’instabilité politique régionale, les menaces qui pèsent sur la démocratie et les restrictions croissantes de l’espace civique. Parallèlement à ces discussions, les participants ont également été invités à définir la voie à suivre pour un secteur de la société civile plus robuste.

Ce dernier panel était spécifiquement dédié à une réflexion sur les progrès réalisés dans le cadre du projet « Civic Space Resource Hub » en ce qui concerne sa mission principale de renforcement des capacités opérationnelles des OSC et la résilience institutionnelle de ces dernières, ainsi que l’exploration des étapes pratiques et des stratégies pour une plus grande portée et un impact plus significatif.

Les discussions ont été dirigées par Charles Vandyck et vu la participation de Mlle Tsema Ede, du professeur H. Kwasi Prempeh, de Mme Diana Amabelle Nwakanma, Mlle Omolara Balogun et M. Jerry Sam.

Tout d’abord, tous les panélistes ont largement souligné l’importance de renforcer les partenariats entre les OSC.

Cela implique la promotion d’une culture de partage des connaissances entre les différents types d’OSC, qu’il s’agisse d’une culture générationnelle ou thématique. En réalité, les échanges techniques de capacités et de compétences devraient constituer un aspect essentiel des méthodes de travail des OSC qui ne manquent pas de ressources, ni d’expertises. Actuellement, tirer parti de ces diverses forces en partageant les connaissances ne peut s’avérer que bénéfique pour le secteur dans son ensemble.

Cette idée est également entrée en ligne de compte lorsque les panélistes ont abordé la portée et l’impact de la plateforme « CSR Hub ». Étant donné qu’elle est conçue pour la protection de l’espace civique, la gouvernance et la conformité réglementaire, la sécurité et la protection numériques, ainsi que la mobilisation des ressources, il est clair qu’elle ne peut atteindre toutes les OSC. Néanmoins, l’apprentissage par les pairs est par exemple un excellent moyen et une opportunité pour les OSC qui ont reçu une formation de partager leurs connaissances avec d’autres qui n’en ont peut-être pas bénéficié.

Un autre point à retenir est l’importance de nouer et développer des relations avec les OSC au-delà des frontières et des pays, étant donné la transversalité croissante des principaux défis auxquels la région est confrontée. Comme l’a si bien dit le professeur H. Kwasi Prempeh, directeur général du Centre ghanéen pour le développement démocratique, « de plus en plus, nos problèmes ne sont pas locaux. Même ceux qui sont locaux ou nationaux sont reproduits d’un pays à l’autre. » (…) Il y a donc beaucoup d’opportunités, et comme l’ont montré les récents développements dans la région, nos problèmes sont davantage régionaux. Nous pouvons donc penser localement, mais nous devrions penser à agir sur le plan régional ».

Heureusement, cette collaboration accrue est rendue possible grâce à la technologie.

En effet, l’exploitation de la technologie est un autre moyen pour renforcer le secteur de la société civile.

Compte tenu de l’omniprésence des outils technologiques aujourd’hui, son importance dans le secteur ne saurait être sous-estimée. C’est pourquoi l’une des principales missions de la plateforme « CSR-Hub » est d’aider les OSC à améliorer leur résilience numérique.

Sans doute la technologie a un immense potentiel transformationnel, en façonnant l’engagement civique et la consolidation démocratique. Ces récentes années, nous avons observé la montée en puissance des initiatives de plaidoyer sur les plateformes de médias sociaux, grâce à l’utilisation et à la diffusion de hashtags pour sensibiliser sur les problèmes, tels que les campagnes « mettre fin à la brutalité policière (#End Sars) » et « remettre le pays en marche (#Fix the Country) » au Nigeria et au Ghana respectivement.

Cependant, il est essentiel que nous l’adaptions à notre contexte, afin qu’elle puisse répondre adéquatement à nos besoins, tout en veillant à maximiser son potentiel en nous aidant à naviguer en toute sécurité dans la surveillance des gouvernements, à adopter des solutions libres et à donner la priorité à la sécurité numérique, pour une plus grande efficacité.

Enfin, un thème qui est revenu tout au long des débats au cours de cette semaine est l’importance des communautés de base et leur implication dans les initiatives de développement.

Puisque les communautés de base sont au premier plan, elles devraient être entendues et incluses dans le processus de recherche de solutions aux défis auxquels elles sont confrontées. Selon Mme Diana Amabelle Nwakanma, directrice des programmes de Leap Africa, « il s’agit d’aller délibérément vers elles là où elles se trouvent et de les inclure dans votre conception et votre planification, vos projets, vos interventions et vos initiatives. Vous devez tenir compte des personnes qui ont le plus besoin de ce que vous vous efforcez d’offrir. Comment s’assurer qu’elles sont incluses et que vous les atteignez, c’est vraiment en utilisant les contributions, les perspectives, le retour d’informations que vous obtenez à ce niveau, pour éclairer votre travail dans la mesure où il devrait toujours s’agir d’un processus participatif ».

Somme toute, la Semaine de la société civile en Afrique de l’Ouest a offert aux acteurs de l’espace civique une plateforme de réflexion et de recherche de solutions aux nombreux défis auxquels ils sont confrontés. Il est plus que jamais nécessaire pour toutes les OSC de la région de donner la priorité à la collaboration et au partage des connaissances, en suivant une « étoile polaire commune ».

Pour en savoir plus sur le CSR-Hub, cliquez ici

About the author

Share:

Leave your comments