Quatre nouveaux stagiaires du Cameroun, du Ghana et du Bénin rejoignent WACS

Quatre nouveaux stagiaires du Cameroun, du Ghana et du Bénin rejoignent WACS

Janvier 2021 a marqué un nouveau départ dans la carrière de Shu Mabel Lum, Angela Akorfa Apedoh, Agossou Jacques Setondji et Ballo Ngomna qui ont été sélectionnés pour participer au Next Generation Internship Programme (programme de stage de la prochaine génération) de WACSI. Ils ont été recrutés comme première cohorte de stagiaires pour 2021 dans le cadre du programme phare de l’Institut.

Le programme de stages de la prochaine génération (NGIP), l’un des quatre programmes phares du Next Generation Leadership Programme (programme de leadership de la prochaine génération), a contribué à former des jeunes ouest-africains qui se sont finalement positionnés comme des professionnels et des leaders incontestables au sein de la société civile, du secteur privé et public respectivement sur le continent. Le fait d’être stagiaire dans le cadre du NGIP offre aux participants une occasion unique de se préparer à la prochaine étape de leur carrière.

Entre janvier et juin 2021, ces quatre ambitieux Ouest-Africains exerceront leur métier au sein de l’Institut, où ils espèrent acquérir des compétences professionnelles de pointe qui les prépareront au marché du travail.

« Je compte tirer un grand profit d’un programme de stage structuré et aiguiser les compétences professionnelles et personnelles déjà acquises, ainsi qu’acquérir de nouvelles compétences qui me donneront une position de pointe en tant que jeune professionnelle », explique Apedoh, la stagiaire ghanéenne affectée au département d’influence et de plaidoyer politique.

Ces stagiaires n’ont pas caché leur optimisme quant à la valeur ajoutée de ce programme pour leur carrière. Pour Ngomna, stagiaire camerounais au service du département de gestion des connaissances, « ce programme de stage représente une opportunité unique pour apprendre de nouvelles choses, acquérir plus d’expérience et de compétences qui permettront une adaptation facile dans le milieu professionnel ».

M. Ngomna aspire à se faire une place dans le secteur du développement international, une ambition qu’il compte bien réaliser grâce à son stage.

« Je pense que ce programme de stage, notamment dans le domaine de la gestion des connaissances, me permettra d’acquérir des compétences pratiques dans le domaine du développement international », admet-il.

Le programme est conçu pour approfondir la compréhension des stagiaires sur le secteur de la société civile en Afrique de l’Ouest. C’est un aspect intéressant du programme qui a attiré Jacques Setondji à chercher à rejoindre WACSI.

« C’est une excellente occasion pour moi d’en savoir plus sur les organisations de la société civile, leurs besoins, les possibilités qui s’offrent à elles et la manière dont elles travaillent pour atteindre leurs objectifs », explique le stagiaire au service du département du suivi, d’évaluation et de la formation.

Setondji qui est un étudiant en science des données à l’Université de Bretagne Site de Vannes en France est curieux de tirer parti de cette opportunité pour donner du sens aux volumes de données produits par les acteurs de la société civile dans la région.

Le stage est un programme de formation pratique qui permettra aux jeunes diplômés de se familiariser avec les tâches fondamentales effectuées dans un environnement typique de la société civile et de se préparer à devenir les dirigeants de la société civile dans l’avenir.

Après avoir passé quelques semaines à WACSI, Shu Mabel Lum, la stagiaire originaire du Cameroun affectée au département du développement des capacités, se félicite de la conception globale du programme et de la diversité des compétences auxquelles elle a été exposée.

« [WACSI] est composée d’experts dynamiques et motivés qui sont compétents dans des domaines très différents et qui sont suffisamment patients pour s’assurer que la bonne formation est dispensée. Leur expertise dans différents domaines constitue la plate-forme idéale pour explorer les domaines du développement communautaire et de l’autonomisation des jeunes, qui sont mon domaine d’intérêt », dit-elle.

À ce jour, le programme a permis de former plus de 61 Africains originaires de 14 pays : le Bénin (11), le Burkina Faso (4), le Cameroun (4), la Côte d’Ivoire (2), le Ghana (16), la Guinée (5), la Guinée-Bissau (3), le Libéria (1), le Mali (2), le Nigéria (8), le Sénégal (2), la Sierra Leone (1), le Togo (1) et le Zimbabwe (1). Les stagiaires précédents ont dirigé des fondations philanthropiques africaines et joué d’autres rôles de premier plan dans la société civile, le secteur privé et le monde universitaire.

Les partenaires sont invités à collaborer avec WACSI pour soutenir et développer le programme de stages. Cela contribuera à réduire le taux élevé de chômage et de sous-emploi dans la région. Pour soutenir le programme de stages de la prochaine génération, faites un don ici. Les partenaires intéressés doivent nous contacter via info@wacsi.org afin de collaborer avec nous pour soutenir et développer le programme de stages de la prochaine génération.

About the author

+ posts

Jimm Chick Fomunjong is the Head of the Knowledge Management and Communication Units of the Institute. He has over ten years’ experience as a journalist and a development communications expert. He has a vast experience in supporting African organisations to strengthen their internal and external communications, building and sustaining relationships with the media and, leveraging on the power of social media to promote their mission. He is also excellent at supporting organisations to set up and operationalise functional communications and knowledge management systems. He has a deep passion and expertise in supporting Africans and African civil society organisations to document their praxis, share and learn from experiences documented from the African civil society sector.

Share:

Jimm Chick Fomunjong

Jimm Chick Fomunjong is the Head of the Knowledge Management and Communication Units of the Institute. He has over ten years’ experience as a journalist and a development communications expert. He has a vast experience in supporting African organisations to strengthen their internal and external communications, building and sustaining relationships with the media and, leveraging on the power of social media to promote their mission. He is also excellent at supporting organisations to set up and operationalise functional communications and knowledge management systems. He has a deep passion and expertise in supporting Africans and African civil society organisations to document their praxis, share and learn from experiences documented from the African civil society sector.

Leave your comments